CONTRIBUTION : ANGÉLISME ET RÉALITÉ

Poubelles-cochons

Dans un précédent billet, (https://ichjassidiucumunu.com/2016/02/14/contribution-des-dechets-et-des-chiffres/), je rappelais que le dossier « déchets » qui semble être simple et pour lequel les solutions du type « café du commerce » sont souvent évoquées, est en réalité d’une très grande complexité et demande de hautes qualifications techniques, conjuguées à beaucoup d’humilité pour être résolu et expliqué aux usagers.

Je notais également que la responsabilité du nouvel exécutif n’en était que plus grande, tant le legs était empoisonné.

Celui-ci s’est donc mis à l’ouvrage et lors de la session des 26 et 27 mai 2016 a soumis à l’Assemblée de Corse qui les a adoptés deux plans : l’un pour la période d’urgence, l’autre pour le moyen terme.

Afin que le lecteur puisse s’y retrouver dans ce fourmillement de données il m’est apparu nécessaire de préciser à nouveau quelques points importants. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES TRANSPORTS, ANNEXE 6

Les mouvements de passagers aériens en Corse en 2014, ou comment organiser le repli, tout en parlant d’ouverture

Les discours 

Le refrain revient sans cesse. À titre d’exemple, le plan de développement de la Corse, voté en 1993, actualisé en 1999, comportait quelques morceaux de bravoure sur le thème de « l’ouverture » dont voici quelques extraits

La jeunesse corse entend demeurer dans l’île et, fait essentiel, participer à son développement. Que proposer, à cet égard, aux diplômés qui, chaque année, quittent l’Université de Corte ?

Qu’elle l’ait rejeté dans le passé ou non, qu’elle le craigne encore aujourd’hui, peu importe. La Corse de 1993 ne peut échapper à un choix clair et volontaire en faveur du développement.

Pourrait-il d’ailleurs en aller autrement dans un ensemble méditerranéen occidental ouvert auquel elle appartient et où elle a commencé, bon gré, mal gré, à s’intégrer depuis plusieurs décennies ? Lire la suite

CONTRIBUTION : L’AVION, L’AVION, L’AVION

Roger_Avion-0

Dans un rapport de 2009, la Chambre régionale de comptes[1] de Corse a porté à la connaissance du public ses observations sur la CCM (Compagnie aérienne Corse Méditerranée) durant les exercices 2001 à 2008. Ce rapport est consultable sur le site de la CRC[2].

Les remarques sur les comptes sont trop anciennes pour être pertinentes. Néanmoins celles portant sur la gouvernance (comment était alors dirigée la compagnie) méritent d’être rappelées. Seules quelques unes figurent ci-après. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES TRANSPORTS, ANNEXE 5

LES LIAISONS AÉRIENNES DE MALTE

Membre de l’Union Européenne, Malte est un état indépendant de 445000 habitants répartis sur deux iles de 316 km2 au total (plus de 1350 hab./Km2).situé en Méditerranée, au large de la Tunisie, C’est un pays ouvert au monde en dépit de sa situation géographique excentrée, beaucoup plus que celle de la Corse, par rapport aux principaux centres économiques européens (vois carte ci-dessous). Deux langues sont officielles, anglais et maltais.

Du fait de sa géographie Malte ne produit qu’environ 20 % de ses besoins alimentaires, possède des ressources en eau limitées et n’a pas de sources d’énergie qui lui sont propres. Et pourtant, ce pays se développe. Membre de la zone Euro, il a conclu en 2006 avec la Commission européenne, un accord qui lui permet de conserver un régime d’imposition des sociétés compétitif. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES TRANSPORTS, ANNEXE 3

COMMUNICATIONS AUX ÎLES FÉROÉ

LES ÎLES FÉROÉ

Fig. 1. Situation géographique des îles.

Le «handicap de l’insularité» ces iles la connaissent largement plus que nous, et « l’ouverture », elles la pratiquent largement plus que nous aussi.

Sur 1 399 km2, les îles Féroé forment un archipel 18 îles principales, peuplé par 50000 habitants. Le point culminant est de 882 m d’altitude. La côte d’Écosse est à 320 km au sud, le Danemark à 990 km au sud-est, Copenhague est à 1 310 km. La Norvège est à 650 km et Reykjavik en l’Islande à 800 km. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES TRANSPORTS, ANNEXE 2

LES TRANSPORTS À MADÈRE

MADÈRE

Longue d’environ 55 km large de 24 km elle compte 270 000 habitants sur 801 km². Elle est à 660 km du continent africain, 980 de Lisbonne, 400 des Canaries et 880 des Açores[1]. L’altitude moyenne est de 1 300 mètres avec 3 sommets à plus de 1800 m. Les côtes sont en général abruptes et découpées. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES TRANSPORTS, ANNEXE 1

LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION: Pourquoi faire bien quand on peut faire mal ?

CORSE : exemple sur la route Ajaccio Bastia entre Tavera et Bocognano.

Une route très large, mais avec 3 voies seulement, refaite en suivant en partie les sinuosités du tracé antérieur, alors que la place pour un tracé rectiligne existait. Alors que la largeur totale de la route équivaut à celle d’une 4 voie, la possibilité de dépassement n’existe que dans le sens Ajaccio Bastia. Une partie de la chaussée est en effet occupée, sans utilité apparente, par des accotements très larges, représentant de ½ à ¾ de voie de chaque côté de la route (??)

Fig. 1. Vues de cette infrastructure. Lire la suite

CONTRIBUTION : LES MOYENS DE COMMUNICATION EN CORSE

Coordinateur : P Medurio

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Le débat sur les transports concerne les différentes crises ponctuelles (maritime, aérien, etc. ) mais il aborde peu, en définitive, la finalité de nos moyens de communication, leur incidence sur notre développement économique.

Il semble donc tout à fait pertinent pour les Chjassi di u cumunu de se pencher sur cette question dans sa globalité. Il sera en effet difficile pour nos élus au pouvoir d’appréhender cette approche globale, dans un contexte où ils doivent faire face à des crises ponctuelles qui appellent des réponses immédiates, mais forcément sectorielles.

Il ne s’agit pas de faire le tour de la question dans le détail, mais plutôt, dans un domaine où l’information arrive de façon successive et parcellaire, de poser les problématiques dans leur globalité, et de les mettre en perspective pour une bonne compréhension.

Il ne s’agit pas non plus de livrer des solutions clés en main (nous n’en avons peut-être pas toute la capacité) mais de proposer des pistes de solutions.

L’exemple d’autres territoires est détaillé dans les annexes. Nous avons volontairement choisi des iles parfois très éloignées, à la géographie difficile, d’un niveau de richesse comparable ou inférieur au notre. Leurs pratiques peuvent nous éclairer, par comparaison. Lire la suite