SGUARDU NANT’À CORTI – PREMIÈRE PARTIE

La commune de Corti — capitale historique de la Corse —, abritant la cité universitaire, coule une vie politique paisible, du moins à voir le peu d’intérêt qu’y portent les politiques et les médias, hors période électorale. Les Chjassi, fidèles à leurs habitudes, ont décidé de combler cette absence de perception de la commune, dont la gestion est inconnue des Corses.

Citadelle_of_Corte_001

Lire la suite

Publicités

I SCRITTI N°5

21132467_cover
L’utimu travagliu di u nostru associu : I SCRITTI N°5.

L’altri libri :

I Scritti 1, 2, 3 et 4

Rapport technique

TRIBUNE LIBRE : LE POIDS VÉRITABLE DU TOURISME EN CORSE

21268746_10211863570719296_620648463_n.jpg

Résider sur la plus belle île du monde, au diable la modestie, ne comporte pas que des avantages, mais également des inconvénients. Le plus gros revers étant le tourisme. Chaque été c’est la même chose, on le subit ! L’aspect le plus irritant est de s’entendre dire « mais on vous fait vivre », ou pire encore quand le corse lui-même s’auto persuade que le tourisme fait économiquement vivre la Corse. À force d’entendre toujours les mêmes mensonges, on finit par y croire. Il est donc grand temps de « debunker » bien des mythes à son sujet.

Avant toutes choses il convient d’emblée de casser un mythe : dans le monde entier, il n’y a qu’un seul état qui vive réellement bien du tourisme, et qui en vit tellement bien que grâce à lui ses habitants ne payent pas d’impôts. À l’exception de celui-ci, aucun pays ne vit bien du tourisme et c’est même plutôt l’inverse. Inutile donc d’avoir fait de grandes études d’économies pour en déduire que si personne sur Terre ne le fait, c’est que ce n’est donc pas un secteur économique porteur sur lequel on doit miser plus qu’un autre. À titre d’information, cet état qui vit très bien du tourisme, c’est le Nevada, grâce à Las Vegas, vous devinez donc la sacro-sainte recette qui permet de faire fructifier le tourisme. Lire la suite

Compte rendu des « I sicondi scontri per pensà l’avvene » qui se sont tenus le vendredi 4 août à la Résidence Benistà à L’Isula

  1. Introduction :

 

Ces échanges ont eu lieu pour parler de la Corse avec pour thèmes : éthique et émancipation.

Depuis plus d’un an, une dynamique s’est créée en Corse, elle mérite d’être regardée de plus près.

Un certain nombre de questions avaient été adressés aux participants par Rinaldu Amadei et ont servi de fil rouge au débat : mise à part la question de l’autonomie ou de l’indépendance, les principaux partis corses, expriment-ils des choix sociétaux et politiques pour atteindre leurs objectifs ? Lire la suite

TRIBUNE LIBRE : Lettre ouverte à Gilles Simeoni… et aux cadres d’Inseme pà a Corsica

En 2012, durant le débat des Ghjurnate di Corti, j’avais interpellé publiquement vos représentants à la tribune, rappelant le rôle décisif des catholiques modérés en Irlande. Contre vents et marées, ils avaient permis l’ouverture de discussions politiques avec Londres en imposant, par Sinn Fein interposé, la présence de l’IRA à la table des négociations, ce qui allait aboutir aux Accords du Vendredi Saint. Je concluais en vous demandant de vous unifier, et d’abandonner les divers sigles de votre mouvance « modérée » pour un seul — les différences entre vous étant, selon vos propres dires, si peu importantes —, pour enclencher dans un deuxième temps une union politique avec Corsica Libera. J’insistais sur la nécessité d’une réponse unitaire face aux blocages de l’État pour lui imposer un processus de négociations en Corse…

Depuis, avec l’arrêt du FLNC et, après celle de Bastia, la victoire du 15 décembre, confirmée par les Législatives en 2017, la situation a évolué.

L’union Femu a Corsica-Corsica Libera a été plébiscitée par une majorité de l’opinion corse. Votre alliance électorale renforcée dans un premier temps avec le PNC s’étant avérée productive et ayant débouché sur l’union avec Corsica Libera. Et ce malgré les couacs de Bastia et de Porti-Vecchju en la matière et les ratés d’Aiacciu, où certaines accointances critiquables qui malheureusement perdurent, ont pesé lourd par rapport à l’union des Nationalistes depuis les Municipales de 2014. Lire la suite