CONTRIBUTION : LE CEDIC

P0

Le Comité d’Etudes et de Défense des  Intérêts de la Corse (CEDIC) a été créé en avril 1964 par une poignée de trentenaires. En juillet, il publia un manifeste en vue de la défense de l’Ethnie corse et le distribua à l’occasion du rassemblement estival des associations des corses de l’extérieur.

Le vocable Ethnie utilisé par des universitaires et des essayistes divers s’est vu par la suite diabolisé par des politiques le rendant responsable de  communautarismes rétrogrades. La lecture du manifeste du CEDIC ne laisse aucun doute, il est bien employé comme synonyme de Peuple Corse.

Il m’a paru intéressant, 50 ans après de le faire connaître. Il démontre que l’analyse des données était déjà établie et que les difficultés rencontrées par la suite  par le mouvement « national » résultaient surtout du choix des moyens pour mener la lutte d’émancipation du peuple corse. Il s’agit donc pour l’essentiel d’un problème de choix tactiques. Ainsi l’option LLN avec un FLNC chef d’orchestre s’opposa à celle autonomiste privilégiant l’action de terrain à visage découvert avec de possibles « violences » pour ne pas reculer face à la répression étatique et à ses provocations.

Le contexte des années 60 explique l’émergence du CEDIC pour un « statut spécial » nécessaire à la défense de l’Ethnie (Peuple Corse). Le livre Autonomia en 1974, 10 ans après, précisera trois domaines de compétence, celui du pouvoir local, celui du pouvoir central et un domaine mixte où le dialogue s’impose. Une édition, mise à jour en 1991, d’Autonomia propose une autonomie complète : en dehors de la monnaie, des Affaires Étrangères, de l’Armée, tout est du ressort de la collectivité insulaire.

Le CEDIC a tiré la leçon des échecs des mouvements revendicatifs antérieurs qui avaient fait une fausse analyse, la DIECO du pharmacien Martini, RPR, qui pensait que les clans étaient incapables d’établir un dossier économique pour informer le gouvernement des besoins de l’Ile et le mouvement du 29 novembre qu’il suffisait de mettre beaucoup de monde dans la rue pour faire entendre le cri des enfants abandonnés du foyer français.

Avant mai 68, en 1964, sous De Gaulle on en était aux balbutiements de la construction européenne avec des frontières, des visas…la libre circulation (personnes, capitaux, services…) ne viendra qu’avec l’Acte Unique de 1986. La monnaie unique, l’Euro en 2002.

Le problème corse baignait donc dans la décolonisation. Le Plan d’Action Régionale de Guy Mollet en 1958 entrait en phase de réalisation et pour la Corse les deux sociétés d’économie mixte, SOMIVAC (agriculture) et SETCO (tourisme) furent détournées pour caser les pieds noirs en exode massif en 1962 après les accords d’Evian, au détriment de l’agriculture des insulaires.

Le vocable de Peuple Corse avait été avancé de ci, de là mais c’était surtout la revendication d’autonomie puis d’indépendance qui alimentait les débats et les polémiques.

Paul Marc Seta et Yves Le Bomin avaient publié un opuscule très clair sur l’autonomie.

FRC, PCP, Terra Corsa reprenaient le thème en 1973 par la « Chjama di U Castellare ».

Tous les ingrédients du nationalisme figurent dans le manifeste du CEDIC de 1964, mais avec le souci essentiellement de poser après les échecs revendicatifs antérieurs les bases d’une organisation efficace sur le terrain que l’ARC dissoute après Aléria en 1975, l’APC et l’UPC  ont poursuivi tant bien que mal .

La suite est connue, celle de l’évolution des organisations nationalistes, des différents statuts (Defferre, Joxe, Jospin) et la nouveauté récente d’une majorité relative de peu, des organisations nationalistes. Mouvements de terrain et/ou jeu institutionnel, la palette s’enrichit et se complique ….

Max Simeoni

P1.jpg

P4-5P6-7P8-9P10-11P12-13

P14-15P16-17P18-19P20-21P22-23P24-25P26-27P28-29P30

Publicités