REUNION PUBLIQUE DU VENDREDI 26 JUIN 2015, AIACCIU, BISTROT DU COURS, 20 H

Le thème de la réunion précédente a été : « Évolutions institutionnelles, pour quoi faire ?».

Le périmètre de ce thème était volontairement « large » car l’organisation institutionnelle est une construction complexe, elle-même résultante d’une longue maturation historique.

Cela nous a amené à débattre sur des problématiques imbriquées allant de l’« économique et social » aux réformes institutionnelles, celles-ci touchant aussi bien l’échelon régional que national, voire international.

Ainsi, ce périmètre très (trop ?…) large nous a permis de constater qu’il y a de nombreux tiroirs dans le placard où d’aucuns aimeraient enfermer la réflexion.

Ouvrons les donc un par un, de préférence dans un ordre rationnel, et pourquoi pas, puisqu’il nous a été demandé, certainement avec raison, de recentrer les débats et d’être plus précis, traitons les par ordre d’urgence.

L’urgence institutionnelle aujourd’hui, en Corse, c’est la loi NOTRe.

Ainsi, c’est quasiment la contrainte du calendrier qui nous donne, non seulement l’opportunité de réfléchir, mais aussi l’obligation de le faire sans tentative de noyer le poisson en mélangeant systématiquement l’urgent et les objectifs de plus long terme.

Cette loi NOTRe nous invite à réfléchir à la manière dont les choses pourraient idéalement s’organiser chez nous, à l’interne.

Le thème de la prochaine réunion aurait donc pu être :

« Comment ranger la maison si nous en étions propriétaires ? »

Nous l’avons traduit par :

Quel projet d’organisation politique et administrative interne, pour la Corse en 2016 ?

Ce sur quoi il va falloir se concentrer :

  • L’organisation politique interne qui doit permettre la représentation démocratique, et la remontée des problématiques aux décideurs.
  • L’organisation administrative interne qui doit permettre l’efficacité dans la mise en œuvre des politiques menées destinées à répondre aux problématiques.
  • La tentative de superposition des deux.
  • Les précautions à prendre pour juguler le campanilisme, le clanisme…

Les problématiques qu’il serait bon d’avoir retourné dans sa tête avant notre réunion :

  • L’équilibre des pouvoirs : 1 ou 2 chambres ?
  • La suppression de la clause de compétence générale et la répartition des compétences.
  • La prise en compte de l’identité des territoires et la contrainte d’une gestion efficace.
  • La réduction drastique du nombre d’élus.

La remontée de propositions :

Bien sûr, certains d’entre nous ont certainement réfléchi à tout cela.

N’hésitez pas, si vous avez des propositions de modèle d’organisation, ce serait bien de nous les faire parvenir sous un format léger (2 pages maximum).

Nous pourrons ainsi les mettre en ligne et vous, vous pourrez les développer en réunion.

Bonne réflexion et bon travail à toutes et à tous.

Publicités