TRIBUNA LIBARA : L’ISULA A A LUCE DI A BIBBIA / TRIBUNE LIBRE : L’ILE A LA LUMIERE DE LA BIBLE

images

Per a cultura ghjudeia cum’è per a cultura occidentale, a Bibbia custituisce una enciclupedia etnulògica è sociulògica. Si sò interessati à e Sante Scritture tutti i pinsadori maestri di iss’ultimi millenarii.

U cuntrastu natu trà Celsu (filòsoffu epicurianu) è Origene (teòlugu) à u 2ndu seculu annant’à a natura divina di Ghjesù, cuntinuarà à u 20simu seculu incù Alfred de Vigny è Simone Weil rispettu à u Giardinu di l’Alivi, dopu ch’ellu appii furmulatu Nietzche u so famosu « Hè mortu Diu » in ribombu à l’ardente cristianu ch’ellu era Kierkegaard.

Di pettu à spiriti simuli pudemu misurà quant’è no simu chjuchi. Pruvendu à firmà mudestu, aghju da aduprà issu materiale pè riflette à a viulenza, chì si cunfonde cù l’isula da i tempi landani, fendu u paragone cù a Bibbia è misurendu issa viulenza à l’Anticu Testamentu in a prima parte è po à u Novu Testamentu in a siconda. Da apre piste di riflessione annant’à a viulenza in Corsica mi ghjuvaraghju d’issi dui quatri d’analisi in a terza parte.

I – A VIULENZA INGHJINNERATRICE DI CULTURA È D’UMICIDIU

In u mitu famosu, Cainu, u cultivatore, tomba u fratellu Abel, u pastore.

A causa d’iss’assassiniu hè a collara di Cainu, dopu chì Ghjeova appii accittatu solu l’offerta d’Abel. Ùn dà u racontu nisuna spiigazione chjara di a scelta divina trà i dui fratelli.

Purtantu Ghjeova cundanneghja l’umicidiu è punisce à Cainu, fendune un andaccianu, un errente perpetuu (Ge 4 -12). Ma risponde ellu à a richiesta di l’assassinu chì teme chì qualchissia u trovi è u tombi.

Segna tandu Cainu di manera chì quellu chì u trova ùn lu tombi micca (Ge 4-15) è face lege contr’à l’assassiniu, dicendu chì sì qualchissia u tumbava, Cainu sarebbe vindicatu sette volte (Ge 4-15).

Hè a prima furmulazione di u rifiutu di u principiu inflaziunistu di a viulenza, inflaziunistu significhendu chì u principiu di a viulenza sarà cuntinuu è autointrattinutu.

Pè incalcà cum’ellu si deve st’oppusizione à a viulenza autoperpetuatrice, face l’ogettu l’assassinu d’una cundanna murale assuluta perchè chì Diu grida : « Ch’ai fattu ? A voce di u sangue di u to fratellu mughja da a tarra sinament’à mè » (Ge 4-10).

A messa in vista di u criminale permette di sfarinziallu di a cumunità di l’omi, di mettelu muralmente «fora di a cumunità» per francacci d’altri assassinii.

Limitatu da a cundanna murale, l’assassiniu hè vistu cum’è l’attu fundatore di a civilizazione, di a cultura.

Hè cusì chì Cainu fece una cità (Ge 4-17). A so discindenza stà sott’à e tende è accant’à e so bande (Ge 4-20). Sona di l’arpa è di a cialambella (Ge 4-21). Stazzuneghja tutti l’ardigni di bronzu è di farru (Ge 4-22).

U crimine originale hè l’attu fundatore d’un prucidimentu chì permette u sviluppu di e cità, di u numadisimu cù e tende è cù e bande, di l’arte cù l’arpa è cù a cialambella, di e custruzzione cù u bronzu, mischiu mitulogicu d’una risistenza maiò.

Si multiplicheghjanu l’omi annant’à a Terra (Ge 6-1) fintantu chì l’Eternu s’avvechi chì a gattivera di l’omi era maiò, chì tutti i pinsamenti di u so core u purtavanu versu u male (Ge 6-5) è ch’ella era a Terra colma à viulenza (Ge 6-11).

Vense tandu u disciuglimentu di l’ordine culturale impulsu da Diu è maltrattatu da l’omu, cù u diluviu chì durarà quaranta ghjorni è quaranta notte (Ge 7-12).

Ma daretu à issu mitu ci vole à rammintassi ch’ellu ci hè una vittima nucente : Abel. È tutta a cultura, tutta a civilizazione fundata annant’à l’assassiniu originale tene per u sempre issu carattaru criminale.

Hè issu carattaru criminale chì hà da distrughje cultura è civilizazione durante i seculi, quand’è ch’ella sarà sciolta ind’è i cori è ind’è l’anime a virtù murale ch’ella cuntene a cundanna di Diu, è dinò u segnu chì avia spiccatu l’assassinu di a so cullettività.

Tandu, cumu ùn paragunà issu prucidimentu di distruzzione da a frasa chì sarebbe, sicondu a Bibbia, quella di Lemec, figliulinu di Cainu : « Sarà vindicatu sette volte Cainu, è Lemec settantasette volte » (Ge 4-24).

À parè meiu dà cunfirmazione chì a viulenza inghjenna a viulenza (Ge 7-12), Abel ùn essendu chè u primu di una lista longa di vittime chì pupuleghjanu l’Anticu Testamentu.

À palisà issu fenomenu sò i prufeti chì dicenu l’essenziale : pocu impreme ch’elle sianu rispittate e prescrizzione religiose s’ellu ùn hè rispittatu u fondu chì leia a cumunità.

È u fondu cunsiste à ùn divintà fratelli nimichi cum’è Cainu è Abel, cum’ellu hè riassuntu da a formula di u Leviticu : « Ùn ti vindicarei micca… Tinarei caru u to prossimu cum’è à tè stessu » (Lev 19-18).

M’hanu cunduttu tutti ‘ssi sviluppi à pinsà chì u Diu di l’Anticu Testamentu hè u solu auturizatu à pussede a viulenza, ciò chì hà permessu sicondu a Bibbia u sviluppu di a civilizazione è di a cultura.  

II – A RUMPITURA CÙ A VIULENZA È L’UMICIDIU PER VIA DI A CULTURA

Smintichendu a cundanna murale assuluta, a voce di u sangue di u fratellu chì mughja da a terra sin’à Diu, per parafrasà a Genesi, si trasformanu l’omi in gattivi demiurghi, gattivi perchè chì perpetueghjanu a viulenza.

Vene a prima dinuncia cù Lucca chì raporta ste parolle : « Li mandaraghju i prufeti è l’apòstuli ; à certi i tumbaranu, à l’altri i persiguitaranu, da ch’elli li sianu dumandati à ‘ssa generazione i conti di u sangue di tutti i prufeti, sparsu dapoi a creazione di u mondu » (11-49,50).

Hè ripigliata da Matteu : « Vi mandu i prufeti, i savii è i scrivani. À certi i tumbarete è i crucifissarete, à l’altri i minarete cù e mazzette ind’è e vostre sinagoghe, è i persiguitarete da una cità à l’altra, da ch’ellu si sparghji annant’à voi tuttu u sangue nucente sparsu annant’à a terra, da u sangue d’Abel sin’à quellu di Zaccaria, figliolu di Baracchia, ch’è vo avete tombu trà u tempiu è l’altare. » (23-35,36).

Sò ammintati tutti ‘ssi assassinii cum’è una enumerazione cumpletta di tutti quelli cummessi, qualsiasi a latitutine. U so carattaru hè universale per via d’issu sangue nucente spartu annant’à a terra, dapoi u primu omu di a Bibbia sinamente à Zaccaria, l’ultimu di i dodeci « prufetucci ».

Sta dinuncia hè apprufundita da Ghjuvanni : « U vostru babbu hè u diavule, è vulete suddisfà e vuluntà di u vostru babbu. Da u principiu hè statu un criminale, è ùn li piace a verità, perchè chì verità in ellu ùn ci n’hè. Quand’ellu dice una bucia, li vene di u so stintu stessu ; perchè chì hè buciardu è genitore di a bucia. » (8-44)

Esse figliolu di u diavule ùn hè esse figliolu di a riprisintazione icunugràffica d’un essare chì stupa u focu, cù u so tridente è cù a so coda pinzia.

Esse figliolu di u diavule vole dì perpetuà duie cose : l’umicidiu originale è a bucìa chì nega iss’umicidiu da i tempi landani. D’altronde hè duppiamente umicidaghja issa bucìa perchè chì sbocca sempre annant’à l’umicidiu da piattanne a bucìa.

Ghjesù, postu ch’è no parlemu d’ellu, sà binissimu chì ùn sò i Farisei chì hanu tombu i prufeti, i savii è i scrivani. D’altronde ci dice u scrittu ch’elli sò i Farisei i figlioli di quelli chì hanu tombu : « S’è n’avissimu campatu in tempi di i nostri babbi, ùn l’avariamu micca aiutati à sparghje u sangue di i prufeti. Tistimuniate tandu contr’à voi stessi ch’è vo site i figlioli di quelli chì hanu tombu i prufeti. » (Mt 23- 30;31).

In stu casu spicificu, ùn s’agisce di una trasmissione genètica di l’umicidiu, di una trasmissione da babbu à figliolu di a rispunsabbilità di l’umicidiu, ma di una trasmissione culturale, spirituale è intellettuale chì si face, di modu straurdinariu, per a ripudiazione furmale di l’attitutine di i babbi.

Cundannenduli, cundannendu i so atti, ricusendu quant’elli ponu l’umicidiu, i figlioli credenu di staccassi di i so babbi. Infatti è senza sapella facenu cum’è elli !

Ùn capiscenu chì l’assassiniu di i prufeti hè a cunsiquenza di a dinuncia di l’umicidiu fatta da i prufeti. Hè per piattà iss’evidenza scumudente, per cunghjurà issa dinuncia evidente, per uccultà issa rialità evidente anch’ella chì i babbi hanu tombu.

Ricusendu quant’elli ponu l’umicidiu, i figlioli sò sempre guvernati da a listessa struttura mentale chè i so babbi, una struttura mentale duminata è marcata da u crimine originale, ch’elli ricusanu tutti cù forza ma chì volta sempre inesorabbilmente induv’è elli cum’è un boomerang. S’agisce d’un fenòmenu inflaziunistu, cuntinuu, autointrattinutu, circulariu chì imprigiuneghja l’omi cù un qualunque sistema culturale o filusòfficu è chì permette à a viulenza di perpetuassi.

Face chì l’umicidiu hè un pozzu senza fondu, una risorsa senza fine. Hè arradicatu cusì prufondu in e strutture mentale chè ciò ch’ellu ci ampara Ghjuvanni annant’à l’umicidiu ùn si pò sente mancu oghje.

Listessa per e parolle ch’ellu c’insegna Matteu chì ùn hanu ancu avutu ribombu : « Apraraghju a mo bocca per dì paràbbule è palisaraghju cose piatte dapoi a creazione di u mondu » (Mt 13-35).

Dapoi a fundazione di u mondu, ste cose piatte sò l’umicidiu è l’uccultazione di l’umicidiu. A crucifissione di u Cristu ùn hè chè u risultatu d’issu sistema : hè per ùn sente più ciò ch’ellu pruclameghja chì quelli chì l’ascoltanu si mettenu d’accordu pè spiccassi d’ellu, cunfirmendu cusì l’esattitutine di a maledizzione contr’à i Farisei tramandata da Lucca è da Matteu.

Hanu da scorre i seculi nanzu chì a doppia natura divastatrice cunstituita da l’omicidiu è da a bucìa chì u nasconde « ùn venghi frà mezu à i soii è ch’elli ùn la ricèvinu » (Ghjuvanni 1-11).

Ma sempre ind’è a storia ci sò stati l’omi, è ci sò sempre l’omi, per capisce i miccanisimi di a doppia natura divastatrice è ci hè cuncessa di spirà chì tuttu ciò chì era piattu dapoi a fundazione di u mondu sarà palisatu, per parafrasà à Matteu.

Dopu chì a viulenza ci appii purtatu à a civilizazione è à a cultura, u scopu di a cultura oramai sarà di ritruvà u fondu piattu chì nutrisce u miccanisimu di a viulenza, di disciuplicanne i fundamenti culturali, filusòffichi è murali da falli cunnosce à l’umani.

III – A VIULENZA, CULTURA DI A CORSICA

Per unepochi d’analisti, a Corsica hà un ideale ripubblicanu, una pulitica bunapartista è una rialità clanista, cù a cunsiquenza chì l’interessu cullettivu hè messu da cantu di pettu à a soma di l’interessi individuali o di l’interessi di i gruppi di pressione. Vene da custì a viulenza.

Hè bella chè capita chì ci hè un suppulu di verità in quessu l’accostu. Ma quellu ch’e prupongu eiu s’appoghja annant’à i sviluppi di prima. Per un dettu l’isula hè suminata di cappelle, di ghjesge è di catedrale. Si trovanu da l’alte cime, cum’è a cappella di Sant’Eliseu in Tavacu à 1271 m d’altitutine, à e marine, cum’è quella di Santa Maria di A Chjappella in Ruglianu, à pochi metri da l’arice di u mare.

Ma u fattu si stà chì a parolla di u Vangelu ùn hè ancu ghjunta à arradicassi quì.

A ragione hè chì, in i fatti è in u so funziunamentu, a Corsica hè greca, cum’ella hè rumana in a so ricerca d’accessione à u pudere è ghjudeia in i so raporti cù u mondu. Face chì ùn hè ancu stata in misura di fà spuntà u cuncettu di l’autunumia di l’individuu, cuntinutu in i Vangeli.

Hè cusì ch’è no ripigliemu u funziunamentu di u sistema suciale grecu, quellu chì più di 2000 anni fà ùn cunniscia a nuzione di l’ugualità trà l’omi. S’articulava a vita in giru à a nuzione di Cità.

Quelli chì ùn ne facianu parte eranu chjamati « metecchi » è si sfarinziavanu solu da a cundizione d’umani chì li era cuncessa, in u mentre chì ùn era cuncessa per i schiavi. Aldi là di a cità ci campavanu i Bàrbari. D’altronde ùn era ciò chì era sottintesu in u spiritu di Camille De Rocca Serra quand’ellu facia rimarcà ch’ellu ùn era di a cità Jean-Christophe Angelini. Listessa per u merre elettu di L’isula quand’ellu dumandava à u so cuncurrente di rientre in casa soia !

L’omu ùn esistia custì cum’è individuu, era solu u citatinu di a cità, « furmicula à mezu à a furmicule », « apa à mezu à l’ape ». U primu chì spresse un pinsamentu spùticu hè statu Socrate chì hè statu cundannatu à ingolle a cicuta.

L’isula ùn hà ancu à capisce u sensu stessu di « Arrizzati è viaghja ! » di Ghjesù à Làzaru. Ci vede u miraculu quand’ellu s’agisce d’una pruclamazione di l’autunumia, d’una affirmazione di a cuscenza individuale, di u rinculu di a deità chì face piazza à l’iniziativa umana, di u ritiru di u soffiu creatore chì lascia à l’omu cù u so ghjudiziu.

E parolle di Paulu di Tarsu –« Ùn ci hè più nè omi, nè donne, nè Ghjudei, nè Grechi, nè omi libari, nè schiavi, tutti ùn fate chè unu in GC »-, a Dichjarazione di i Diritti di l’omu è di u citatinu di 1789 – « L’omi nascenu è campanu libari è pari in i so diritti », ma dinò a Dichjarazione di e Nazione Unite –« Nascenu tutti l’umani libari è pari in dignità è in diritti ; sò dutati di ragiò è di cuscenza »- venenu à impittà annat’à a rialità greca di l’isula è ùn si ponu fà sente.

U funziunamentu puliticu, ellu, hè rumanu.

À Roma, quelli di e famiglie e più antiche, chì eranu spessu capizzoni, eranu visti cum’è i soli à avè u dirittu murale di guvernà, dopu à essesi arricchiti à u capu d’una armata o per via di u cummerciu. Infatti eranu i soli à pudella fà.

Ripunia stu funziunamentu, è hà duratu dodeci seculi, annant’à a pratica di a SPURTELLA, appughjata di modu filusòfficu annant’à u cumpurtamentu di l’evergete (quellu chì face u bè). Hè cusì chì u nobbule rumanu s’attirava gloria, ricunniscenza è pudere, senza parlà di a bona cuscenza, mutore di ripruduzzione di u prucidimentu chì dà à i so paisani menu favurizati ùn sò quantu cumudità : pruviste à gràtisi, stabbilimenti di bagni, ghjochi fastuosi o piacè sensuali.

Durante anni è anni s’hà da perpetuà a tradizione di a SPURTELLA : quelli chì contanu in a sucietà rumana si sentenu ubbligati d’accoglie a fila di e ghjente chì aspettanu di salutalli ogni mane pè riceve in ritornu a sporta di u ripastu chì pudarà esse rimpiazzatu da una manciata di listessu valore.

Sta manera di fà i rispunsevuli pulitichi corsi a ripruducenu ma facenu u cuntrariu di i Rumani, postu chì si ghjovanu elli di i fondi pubblichi è micca di i soii. È per compie, perdura a dipindenza, tuttu u cuntrariu di l’autunumia, cù l’aiutu di i sfavurizati elli stessi…

L’acquistu cristianu in fattu d’autunumia di cuscenza (l’omu creatu cum’è a maghjina di Diu significheghja ch’ellu hè dutatu d’intiligenza, di ghjudiziu è d’un pudere autùnumu) ùn hà ancu à ribumbà ind’è l’isula. È ùn accorre à ammintà tutti i Cesari lucali chì hanu cunnisciutu a sorte d’un Brutu aggruttatu sott’à u listessu tettu per pigliassi u pudere.

U raportu à u mondu vene ellu da i Ghjudei.

Sò elli chì l’hanu issu sintimu storicu, riligiosu è sociulògicu basatu annant’à l’Anticu Testamentu. Sò elli u populu elettu per via di l’allianza cunclusa da Diu cù Abrahamu  : « Divintarei u Babbu d’una multitutine, oramai ti chjamaranu Abrahamu  » (Ge 17-7).

Cum’è isulani, i Corsi si sentenu sarrati trà celu è mare, in un isulamentu trimendu, di pettu à l’universu cù quale elli dialugheghjanu è cù quale elli hanu una leia carnale. Li vene quessa da a storia è da a so oppusizione à u mondu : sò eletti perchè chì da i seculi si sò opposti à l’altru. Hè vera chì l’altru ùn l’hà tantu aiutatu, ch’ellu sia statu Sarracinu, Vìndalu, Bizantinu, Pisanu o Ginuvese. In sensu cuntrariu, l’altre regione di l’Auropa chì hanu vistu ghjunghje e bande di l’invasori, vinuti da livante o da punente, ùn hanu u listessu sintimentu perchè u so territoriu hè apartu di modu naturale.

Ma noi altri, à u cuntariu di i Ghjudei, simu eletti senza mitu fundatore è senza mitu fundatore ùn ci pò esse futuru.

Eccula a ragiò chì face chì, accantu à u ritrattu di u Babbu riprisentatu da PAOLI o di u BABBONE riprisentatu da SAMBUCUCCIU, parechji muvimenti si perdenu in a ricerca d’una purezza originale chì ripone annant’à un cultu mariale mal capitu.

Per un dettu cherenu à a mamma di Quellu chì vene à dinuncià l’umicidiu è a bucia chì perpetueghja l’umicidiu (Ghjuvanni 8-44) di dalli a vittoria annant’à i so nimichi, ignuranti ch’elli sò chì quessu u nimicu u portanu in elli stessi, postu chì l’impedisce di vede « e cose piatte da l’iniziu di u mondu ».

Hè annant’à issu tarricciu trìplice ch’ella cuntinueghja a viulenza, negazione d’umanità.

Dunque crergu chì u scopu di a cultura, in u so sensu u più largu, hè di dì ciò ch’ella hè a viulenza.

A viulenza cunsiste à ferisce, à mette à nulla, à interrompe a cuntinuità di l’individui. À tutti quelli chì ci participeghjanu i manda in un prucidimentu chì ùn hè più quellu induve ch’elli campavanu u so cuttidianu : hè a rumpitura di a cuntinuità ammintata quì sopra.

L’omi ci sò purtati da forze chì i cunducenu à aduprà cumpurtamenti chì ùn sò i soii, à falli tradisce a so cuscenza propia, i so ingagiamenti stessi, à l’accorta à falli tradisce a custruzzione di u so esse. Tradiscenu cusì a sustanza umana chì i face.

Perdura a viulenza instaurata. Hè custì, si sente, si vede annant’à e facciate di i stabbilimenti cummerciali è friquintemu ancu à quelli chì si ne riclamanu. È cusì cuntribbuisce à stallà un ordine chì nimu si ne pò sorte è tutti ne accettanu a perpetuazione.

Distrughje l’identità di tuttugnunu a viulenza. Infatti si facenu l’omi in a so relazione à l’altru. Da ch’elli ùn hanu più davanti à elli cà intità umane, animate da una forza chì ùn hà nulla à chì vede cù a so cundizione, u so cuttidianu, a so indiatura, instilleghja un ordine chì l’hà de rende stranieri per elli stessi.

In stu sensu strughje a so identità !

Roger Micheli /  Traduzzione di Michel Frassati

&&&

Pour la culture juive et pour la culture occidentale la bible constitue une encyclopédie ethnologique et sociologique. Tous les grands penseurs de ces derniers millénaires se sont penchés sur ces textes.

La controverse entamée entre Celse (philosophe épicurien) et Origène (théologien) au 2ème siècle sur la nature divine de Jésus, se poursuit encore au 20ème siècle avec Alfred de Vigny et Simone Weil à propos du Jardin des Oliviers, après que Nietzche ait formulé son célèbre « Dieu est mort » comme en écho au fervent chrétien qu’était Kierkegaard.

Face à de tels esprits nous mesurons combien nous sommes petits. Alors à ma très modeste place, je vais utiliser ce matériau pour réfléchir à la violence qui fait corps avec l’île de manière multiséculaire à l’aune du récit biblique, en rapportant cette violence à l’ancien testament dans une 1ère partie, puis au nouveau testament dans une 2ème partie et en utilisant ces deux cadres d’analyse pour proposer des pistes de réflexion sur la violence en Corse dans une 3ème partie.

I – LA VIOLENCE GENERATRICE DE CULTURE ET D’HOMICIDE

Dans le célèbre mythe, Caïn, le cultivateur, tue son frère Abel, le berger.

Ce meurtre résulte de la colère de Caïn après que Yahvé agrée la seule offrande d’Abel. Le récit ne donne aucune explication claire du choix divin entre les deux frères.

Yahvé condamne cependant le meurtre et punit Caïn en en faisant un vagabond, un errant perpétuel (Ge 4 -12). Mais il répond à la requête du meurtrier qui craint que quiconque ne le retrouve le tue.

Il place alors un signe sur Caïn afin que celui qui le trouve ne le tue point (Ge 4-15) et pose la loi contre le meurtre en affirmant que si quelqu’un le tuait, Caïn serait vengé sept fois. (Ge 4-15).

C’est le premier énoncé du rejet du principe inflationniste de la violence, inflationniste signifiant que le principe de la violence est continu et autoentretenu.

Pour mieux affirmer cette opposition à la violence auto perpétuatrice, le meurtrier fait l’objet d’une condamnation morale absolue car Dieu dit : « Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi ». (Ge 4-10)

Le marquage du meurtrier permet de le différencier de la communauté humaine, de le placer moralement «hors de cette communauté» et évite que les meurtres ne s’enchaînent.

Limité par cette condamnation morale, le meurtre est l’acte fondateur de la civilisation, de la culture.

Ainsi Caïn bâtit une ville (Ge 4-17). Sa descendance habite sous des tentes et près des troupeaux (Ge 4-20). Elle joue de la harpe et du chalumeau (Ge 4-21). Elle forge tous les instruments d’airain et de fer (Ge 4-22).

Le meurtre originel est l’acte fondateur d’un processus qui permet le développement des cités, du nomadisme avec les tentes et les troupeaux, de l’art avec la harpe et le chalumeau et des constructions avec l’airain, alliage mythologique d’une grande résistance.

Les hommes se multiplient sur la face de la terre (Ge 6-1) jusqu’à ce que l’Éternel voie que la méchanceté des hommes était grande, que toutes les pensées de leur cœur se portaient uniquement vers le mal (Ge 6-5) et que la terre était pleine de violence (Ge 6-11).

Vient alors la dissolution de l’ordre culturel impulsé par Dieu et malmené par l’homme, avec le déluge qui dure 40 jours et 40 nuits. (Ge 7-12)

Mais derrière ce mythe il faut se remémorer qu’il y a une victime innocente : Abel. Et toute la culture, toute la civilisation qui est fondée sur le meurtre originel garde en toile de fond ce caractère meurtrier.

Ce caractère meurtrier va détruire culture et civilisation au fil des siècles, une fois dissous dans les cœurs et les âmes la vertu morale contenue dans la condamnation de Dieu et le signe qui avaient séparé le meurtrier du reste de la collectivité.

Comment ne pas rapprocher ce processus destructeur de la phrase que le récit biblique attribue à Lémec petit fils de Caïn : « Caïn sera vengé sept fois, et Lémec soixante-dix-sept fois » (Ge 4-24).

Elle confirme à mon sens que la violence engendre la violence. (Ge 7-12). Abel n’est que le premier d’une longue liste de victimes qui peuplent l’Ancien testament.

Les dénonciateurs de ce phénomène que sont les prophètes vont à l’essentiel : peu leur importe que les prescriptions religieuses soient respectées ou pas, si le fond qui lie la communauté n’est pas respecté.

Et ce fond c’est de ne pas devenir de frères ennemis tels Caïn et Abel, comme le résume la formule du Lévitique : « Tu ne te vengeras point… Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». (Lev 19-18).

Tous ces développements m’ont conduit à penser que le Dieu de l’ancien testament est le seul détenteur autorisé de la violence, qui a permis suivant le récit biblique le développement de la civilisation et de la culture. 

II – LA RUPTURE AVEC LA VIOLENCE ET L’HOMICIDE PAR LA CULTURE

En oubliant la condamnation morale absolue, la voix du sang du frère criant de la terre jusqu’à Dieu, pour paraphraser la Genèse, les hommes se transforment en mauvais démiurges. Et ils sont de mauvais démiurges car ils sont des perpétuateurs de la violence.

La première dénonciation vient avec Luc qui rapporte ces paroles : « je leur enverrai des prophètes et des apôtres; ils tueront les uns et persécuteront les autres, afin qu’il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde » (11-49,50).

Elle est reprise par Matthieu « je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous battrez de verges les autres dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville, afin que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang d’Abel le juste jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le temple et l’autel. (23-35,36) ».

La mention de tous ces meurtres tient lieu d’énumération complète des tous les meurtres commis, quelles que soient les latitudes. Elle a un caractère universel au travers de ce sang innocent répandu sur la terre, depuis le premier homme du récit biblique, jusqu’à Zacharie, fils de Barachie, dernier des 12 petits prophètes.

Cette dénonciation est approfondie par Jean : « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. » (8-44)

Etre fils du diable ce n’est pas être fils de la figure iconographique d’un être crachant le feu, muni d’un trident et d’une queue pointue.

Etre fils du diable c’est perpétuer deux choses : l’homicide originel et le mensonge qui nie cet homicide depuis la nuit des temps. D’ailleurs ce mensonge est doublement homicide car il débouche toujours sur l’homicide afin de dissimuler le mensonge de l’homicide.

Jésus, puisque c’est de lui qu’il s’agit, sait bien que ce ne sont pas les pharisiens auxquels il destine ces propos qui ont tué les prophètes, les sages et les scribes. D’ailleurs le texte dit que les pharisiens sont les fils de ceux qui ont tué : « Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes. Vous témoignez ainsi contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes. » (Mt 23- 30;31).

Au cas d’espèce, il ne s’agit pas d’une transmission génétique de l’homicide, d’une transmission héréditaire de la responsabilité de l’homicide, mais d’une transmission culturelle, spirituelle et intellectuelle qui s’accomplit, par extraordinaire, au travers d’une répudiation formelle de l’attitude des pères.

Les fils croient se désolidariser des pères en les condamnant, en condamnant leurs actes, en rejetant au loin d’eux-mêmes l’homicide. Ils imitent sans le savoir leurs pères !

Ils ne comprennent pas que le meurtre des prophètes par leurs pères résultait de la dénonciation de l’homicide par les prophètes. C’est pour cacher cette dérangeante évidence, pour conjurer cette évidente dénonciation, pour occulter cette déssillante réalité que les pères ont tué.

En rejetant au loin l’homicide les fils restent gouvernés par une même structure mentale que celle de leurs pères, une structure mentale dominée et marquée par le meurtre originel, qu’ils rejettent toujours et encore au loin mais qui revient inexorablement vers eux tels un boomerang. Il s’agit d’un phénomène inflationniste, continu, auto-entretenu, circulaire qui emprisonne les hommes par un quelconque système culturel ou philosophique qui permet à la violence de se perpétuer.

L’homicide est de la sorte un puits sans fonds, une ressource inépuisable. Il est encré si profondément dans les structures mentales que ce que rapporte Jean sur l’homicide est encore inaudible aujourd’hui.

Il en va de même pour les paroles rapportées par Matthieu qui ne trouvent pas encore de résonance : « J’ouvrirai ma bouche en paraboles, je publierai des choses cachées depuis la création du monde » (Mt 13-35).

Ces choses cachées depuis la fondation du monde sont l’homicide et l’occultation de l’homicide. La crucifixion du Christ n’est que l’aboutissement de ce système : c’est pour ne plus entendre ce qu’il proclame que ses auditeurs se mettent d’accord pour se défaire de lui, confirmant de la sorte l’exactitude de la malédiction contre les Pharisiens rapportée par Luc et Matthieu.

Des siècles peuvent encore se dérouler avant que la double nature dévastatrice constituée de l’homicide et le mensonge qui le dissimule ne « vienne parmi les siens et qu’ils ne la reçoivent pas » (Jean 1-11).

Mais tout au long de l’histoire il y eu des humains, et il existe encore des humains, pour saisir les mécanismes de la double nature dévastatrice et il est permis d’espérer que tout ce qui était caché depuis la fondation du monde sera révélé, pour paraphraser Matthieu.

Après que la violence ait conduit à la civilisation et à la culture, c’est désormais le rôle de la culture de retrouver le fond caché qui nourrit le mécanisme de la violence, d’en argumenter les ressorts culturels, philosophiques et moraux et de les dévoiler aux humains.

III – LA VIOLENCE, CULTURE DE LA CORSE

Pour certains analystes la Corse a un idéal républicain, une politique bonapartiste et une réalité claniste et la conséquence en est que l’intérêt collectif s’efface devant la somme des intérêts individuels ou des intérêts des groupes de pression, d’où l’origine de la violence.

Certes, il y a du vrai dans cette approche. Mais l’approche que je propose est basée sur les développements antérieurs. En effet, l’île est parsemée de chapelles, églises et cathédrales. On les trouve depuis les hauts sommets, comme la chapelle San Eliséu située à 1271 m d’altitude à Tavacù, jusqu’au bord de nos plages, telle la chapelle Santa Maria della Chiapella à Rogliano, à quelques dizaines de mètres de la grève.

Mais pour autant le message évangélique n’est pas encore parvenu à s’y installer.

La raison en est à chercher dans le fait que la Corse est grecque dans son fonctionnement, romaine dans sa recherche d’accession au pouvoir et juive dans son rapport au monde. Elle n’a pas encore été en mesure de faire émerger le concept d’autonomie de l’individu contenu dans les Evangiles.

Ainsi nous reproduisons le fonctionnement du système social grec qui régnait il y a plus de 2000 ans et ignorait la notion d’égalité entre les hommes. La vie s’articulait alors autour de la notion de cité.

Ceux qui n’étaient pas membres de la cité étaient des métèques qui se différenciaient des esclaves par la seule condition d’humain qui leur était accordée, alors qu’elle n’existait pas pour les esclaves. Au delà de la cité vivaient les barbares. C’est d’ailleurs ce qui était sous jacent dans l’esprit de Camille De Rocca Serra lorsqu’il faisait remarquer que Jean-Christophe Angelini n’était pas un enfant de la cité. C’est aussi ce qui était sous jacent dans l’esprit du nouveau maire de l’Île Rousse qui demandait à son concurrent défait de rentrer chez lui.

L’homme n’y existait pas en tant qu’individu, il était et n’était que le citoyen de la cité, fourmi parmi les fourmis, abeille parmi les abeilles. Le premier qui fit preuve d’une pensée propre, Socrate, fut condamné à boire la ciguë.

L’île n’a pas encore saisi le sens profond du « lève toi et marche » de Jésus à Lazare. Elle n’y voit qu’un miracle alors qu’il s’agit d’une proclamation de l’autonomie, d’une affirmation de la conscience individuelle, du retrait de la déité qui laisse la place à l’initiative humaine, du retrait du souffle créateur qui confie à l’homme son libre arbitre.

Les paroles de Paul de Tarse (Il n’y a plus ni hommes, ni femmes, ni juifs, ni grecs, ni hommes libres, ni esclaves. Vous êtes tous un en JC), de même que la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 (Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits) ainsi que la déclaration des Nations Unies (Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience) viennent buter sur cette réalité grecque de l’île et demeurent encore inaudibles.

Le fonctionnement politique est lui romain.

A Rome, les membres des plus anciennes familles qui étaient le plus souvent des magnats étaient perçus comme les seuls ayant moralement le droit de gouverner. Ayant accumulés des richesses à la tête d’une armée ou par le commerce, ils étaient d’ailleurs les seuls à pouvoir le faire réellement.

Ce fonctionnement a reposé, 12 siècles durant, sur la pratique de la SPURTELA, qui est philosophiquement fondée sur le comportement de l’évergète (celui qui prodigue le bien). Ainsi le noble romain s’attire gloire, reconnaissance et pouvoir, sans compter la bonne conscience qui est le moteur de la reproduction du processus, en procurant à ses concitoyens moins favorisés une infinité des commodités : ravitaillement gratuit, établissements de bains, jeux fastueux ou plaisirs de chair.

Au fil des ans se perpétue une tradition celle de la SPURTELA : ceux qui comptent dans la société romaine se font une obligation d’accueillir la file de gens qui attendent de leur présenter chaque matin leur salutations en échange de quoi ils reçoivent un panier repas que remplacera pour la commodité un pourboire équivalent.

Les responsables politiques corses reproduisent ce processus mais à l’inverse des romains, ils le font avec de l’argent public et non plus sur des deniers personnels. Et comble du comble, la dépendance, contraire de l’autonomie des êtres perdure car les « défavorisés » y mettent du leur…

L’apport chrétien en matière d’autonomie de conscience (l’homme créé à l’image de Dieu signifie qu’il est doué d’intelligence, de libre arbitre et d’un pouvoir autonome) n’a donc pas encore trouvé d’écho dans l’île. Enfin nul besoin d’évoquer tous les Césars locaux qui ont subi le sort d’un Brutus vivant sous le même toit afin de s’emparer du pouvoir.

Le rapport au monde est lui d’essence juive.

Les juifs détiennent ce sentiment historique, religieux et sociologique sur la base de l’ancien testament. Ils sont un peuple élu à la suite de l’alliance que conclut Dieu avec Abram qui devient Abraham : « Tu deviendras le Père d’une multitude, désormais on t’appellera Abraham » (Ge 17-7).

Les Corses se sentent en qualité d’ilien, enserrés entre ciel et mer, dans un splendide isolement, face à l’univers avec lequel ils dialoguent et avec lequel ils ont un lien charnel. Ils le tirent de l’histoire et de l’opposition au monde : ils sont élus, car ils ont du au travers des siècles faire face à l’autre. Il est vrai que l’autre ne les y a guère aidé qu’il soit sarrasin, romain, vandale, byzantin, pisan ou génois. A contrario les régions d’Europe qui virent déferler les hordes de conquérants venus de l’est ou de l’ouest n’ont pas ce sentiment car leur territoire est naturellement ouvert.

Mais à l’inverse des juifs, nous sommes des élus sans mythe fondateur et sans mythe fondateur il n’existe pas de futur.

C’est la raison pour laquelle, à côté de la figure du BABBU que représente PAOLI ou du BABBONE que représente SAMBUCUCCIO, divers mouvements se perdent dans la recherche d’une pureté originelle, reposant sur un culte marial incompris.

En effet ils demandent à la mère de Celui qui vient dénoncer l’homicide et le mensonge qui perpétue l’homicide (Jean 8-44) de leur donner la victoire sur leurs ennemis, ignorants qu’ils sont, que cet ennemi est en eux-mêmes, puisqu’il leur voile « les choses cachées depuis le commencement du monde ».

C’est sur ce triple terreau que se perpétue la violence, négation d’humanité.

Je crois donc que le rôle de la culture, au sens le plus large, est de dire ce qu’est la violence.

La violence consiste à blesser, à anéantir, à interrompre la continuité des individus. Elle entraîne tous ceux qui y participent dans un processus qui n’est plus celui dans lequel ils inscrivaient leur quotidien : c’est la rupture de la continuité évoquée ci-dessus.

Les hommes y sont emportés par des forces qui les conduisent à entrer dans des comportements qui ne sont pas les leurs, à leur faire trahir leur propre conscience, leurs propres engagements, bref à leur faire trahir la construction de leur être. De la sorte ils trahissent la substance humaine qui les constitue.

La violence instaurée perdure. Elle est là, on la sent, on la voit sur les façades des établissements commerciaux, on côtoie ceux qui s’en réclament. Par là même elle instaure un ordre à l’égard duquel nul ne peut plus prendre de la distance et accepte la perpétuation.

La violence détruit l’identité de chacun. En effet les hommes se construisent dans leur relation à l’autre. Dès lors qu’ils n’ont plus en face d’eux que des entités humaines qui sont animées par un ressort qui est étranger à leur condition, à leur quotidien, à leur engagement, elle instille un ordre qui va les rendre étrangers à eux-mêmes.

En ce sens elle détruit leur identité !

Roger Micheli

Publicités