PRINCIPE DU BATON DE PAROLE

BlackElK-copie-1

Lors de nos réunions, la prise de parole des différents intervenants est régie par une règle dite du bâton de parole.

IMG_1778

Origines

Cette règle était à l’origine pratiquée par les Indiens d’Amérique du Nord pendant les conseils. Son porteur pouvait parler et exprimer son point de vue sans interruption. Le bâton de parole circulait d’un orateur à l’autre. Ce principe permettant ainsi à chacun de s’exprimer sans être interrompu dans l’harmonie et le respect. Plusieurs symboles y sont associés, représentant  des aptitudes dont le porteur doit faire preuve pour être digne de prendre la parole. Par exemple : parler avec courage et sagesse, se montrer doux et chaleureux, parler avec pouvoir et force…

 art17_wb

Principes et objectifs

Aujourd’hui, lors de nos réunions, nous faisons passer le  bâton de parole  aux participants assis. Celle ou celui qui détient le bâton de parole en main est le seul à pouvoir parler tandis que les autres lui accordent leur attention. Le temps de parole est égal entre les participants. Un animateur est chargé de passer le bâton de parole et de chronométrer les interventions.

  • Chacun parle sur le thème de la réunion.
  • Il n’y a pas d’évaluation ni de jugement de l’animateur.
  • Personne ne critique ni ne se moque.
  • Chaque intervention est reportée par écrit et retranscrite dans une synthèse publiée sur le blog.

Donc, celui qui prend le bâton a quelque chose à dire et demande l’écoute, l’attention et le respect de tous. Il n’est pas interrompu. 
Il ne s’agit pas de questionner ou d’interpeller un autre participant mais au contraire d’exprimer, une idée, un fait, un sentiment…

 stick

Remarque

L’animateur choisit le bâton de parole qui n’est d’ailleurs pas obligatoirement un bâton.

 images

Conclusion

Le bâton de parole, originaire des traditions nord-amérindiennes, est donc maintenant un outil servant à réguler la parole au sein d’un groupe. Cette règle simple instaure une écoute respectueuse et une ambiance calme, libérée de la crainte de pouvoir se faire couper la parole. De plus, le temps que le bâton parvienne au participant désireux de s’exprimer, ce dernier a l’opportunité de mûrir et synthétiser le message qu’il souhaite faire passer.

 images

Publicités