L’OTTU DICEMBRE

11222397_516479291872036_6618372646498076721_n

A scelta di l’ottu dicembre cum’è « festa di a nazione » ricolla à a rivuluzione di u XVIIIu seculu. Ma a storia hè cumplicata.

Per capisce a scelta di stu ghjornu, ci vole à vultà à i tempi di a rivuluzione chì hà principiatu in u 1729, a principiu una rivolta paisana contr’à a pressione fiscale genuvese.

Poi pocu à pocu nasce a cuscenza naziunale chì sbuccarà annant’à l’indipendenza ( Pasquale Paoli).

A storia ci parla d’una Cunsulta in Corti (30 di ghjennaghju 1735). I capimachja corsi, Andria Ceccaldi, Luigi Giafferri è Ghjacintu Paoli pruclamanu a Corsica indipendente è l’ottu dicembre, ghjornu di l’Immaculata Cuncezzione, festa di a Madonna. Da tandu, in l’isula sana, stu ghjornu saria festighjatu. Bandere, cannunate, ghjornu di festa cù frittelle, vinu è spulendate…

U prublema hè ch’ella ùn si saria mai passata cusì. E prove chì l’ottu dicembre era festighjatu tandu, un si n’e trova.

  • Prima cosa, a bandera aduprataallora ùn hè ancu a testa mora (i Corsi ùn la cunnoscenu micca tandu…), ma una bandera cù a fiura di a Madonna. Ma un’avemu trovu nessuna traccia di sta bandera…
  • Siconda cosa, stu testu di custituzione ùn saria micca veru. Peghju, a cunsulta di Corti ùn averia mai esistitu…

Allora una cunsulta chì ùn hà mai esistitu ?

I libri di storia parlanu di duie cunsulte in u 1735 :

– Una in Orezza, da u sei à l’ottu ghjennaghju 1735. Tandu, una prima custituzione hè vutata, cun quindeci capituli.

– Un’altra pocu tempu dopu, u 30 ghjennaghju, sta volta in Corti. Tandu sò vinti dui capituli chì sò aduttati.

Hè stu testu chì parla di l’ottu dicembre. Ma l’orìginale s’hè persu. Scrive Jean-Yves Coppolani : « Pour certains auteurs, il n’est pas envisageable qu’il y ait eu une consulte à Corte trois semaines après celle d’Orezza, et le texte du 30 janvier serait donc apocryphe ou du moins n’aurait aucun caractère officiel. » 

Sebastianu Costa (secretariu di u statu è cunsigliere di i capimachja), in e so memorie, ùn ne parla.

Scrive Farrandu Ettori : « La publication des Mémoires de Sebastianu Costa remet en 1972 remet en question l’existence même de la consulte de Corte, puisque S. Costa, témoin et acteur des événements, ne connait que la consulte d’Orezza du 8 janvier 1735. Elle remet aussi en question le texte traditionnel, réduit à 15 articles que le mémorialiste connait bien pour les avoir rédigés et fait approuver en Orezza. Dans cette version disparaissent l’Immaculée Conception… » è parechje altre cose.

Perchè tandu una falsa custituzione ? Sicondu F. Ettori : « Toutes les délibérations des consultes donnaient lieu à des nombreuses copies ou prétendues telles qui couraient ça et là entre les mains d’informateurs, d’espions, de propagandistes, dont l’information s’abreuvait à toutes les sources, même les plus douteuses, et dont l’exactitude n’était pas le principal souci. »

Allora, tuttu saria falsu in sta falsa custituzione di vinti dui articuli falsi vutati in sta falsa cunsulta di Corti ? Un hè quantunque micca tuttu falsu… Hè di più cumplicatu. Scrive J-Y. Coppolani : « Les deux textes ne sont cependant pas incompatibles et l’on peut admettre, comme le fait entre autres Marie-Thérèse Avon-Soletti, que le texte donné par Sebastianu Costa dans ses mémoires est le projet à l’état brut tandis que l’autre est le reflet de la version définitive ». 

Pè G-M. Arrighi dinù ùn hè micca tuttu falsu. L’allusione à a Cuncezzione ? Pò esse : « Cela ne signifie pas cependant que ces éléments n’aient pu être votés à côté du texte principal ». 

Di tutte e manere, l’altri testi mintuveranu l’Immaculata Cuncezzione  » préambule des consultes suivantes » scrive J-Y. Coppolani.

Allora perchè a Madonna ? U fattu di dichjarà a Madonna patrona di l’isula era una manera di sbandisce i Genuvesi è di dì à u guvernatore ch’ellu ùn era più ellu u patrone.

Spiega Antoine-Marie Graziani in Corse-Matin :

« La Vierge avait une importance particulière à Gênes. Au 17e siècle, chaque Doge génois apparaissait lors de son couronnement avec une représentation de la Vierge d’un côté et de la Corse de l’autre. Les nationaux corses se sont sans doute approprié ce symbole génois.  » 

Allora una festa chì ùn hà mai esistitu ? À i tempi di Paoli l’ottu dicembre ùn era micca un ghjornu particulare. Dopu, durante parechji seculi, ùn s’hè passatu nunda.

Mà perchè allora ne parlemu avà ? Hè di fatti un’idea di i studienti corsi, in l’anni 80. Pocu à pocu hà pigliatu forza è diventa un ghjornu di festa appena da per tuttu in l’isula.

E in fine di contu, perchè micca ? Festighjà una festa chì ùn hà mai esistitu ? È perchè micca, sì i Corsi a decidenu è s’elli pensanu ch’ellu hè impurtante. E tradizioni si ponu inventà dinù.

Les traditions comportent presque toujours une part de création et d’idéalisation, lors de leur apparition, à des moments clefs de l’histoire d’un pays, souvent en période de  conflits importants, et cela afin de créer ou de recréer la concorde et l’unité, et d’éviter ainsi l’exacerbation des conflits, voire des guerres civiles. Ces traditions prennent néanmoins toujours appui sur des contenus propres à la mentalité d’un pays et ne sont pas des créations ex nihilo.

D’où le rôle des affects, l’importance des dimensions affectives, émotives et symboliques pour les hommes et les femmes, et le peuple qu’ils forment autour de valeurs communes..

Hè l’avisu d’Antoine-Marie Graziani :

« J’aurais tendance à dire, pourquoi pas, chaque peuple écrit ou réécrit l’histoire à sa façon et a besoin de repères historiques ! La France a bien choisi comme date de sa fête nationale le 14 juillet. En réalité le 14 juillet 1790 est le jour de la Fête de la Fédération, alors que tout le monde croit célébrer la prise de la Bastille, un épisode très sanglant de 1789. »

È a laicità ? À quelli chì li piace à pregà pregheranu a Madonna. À quelli chì risentenu u bisognu di celebrà una festa naziunale corsa è di ritruvassi, festighjeranu a festa naziunale à a so manera.

Allora avà hè cusì, hè l’ottu dicembre chì s’hè impostu, ch’ellu sia religiosu o laicu, patriotticu o solu pè u piacè di sparte un mumentu d’amicizia incù un bichjeru.

veda http://www.apiazzetta.com

 

Publicités