CONFÉRENCE DU SAMEDI 21 NOVEMBRE 2015, LUMIU

IMG_2435

Synthèse de la réunion du samedi 21 novembre 2015

14 h 30, Salle polyvalente, Lumiu 

Thème de la conférence :

« ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT APPLIQUÉS AU CAS DE LA CORSE»

 IMG_2456IMG_2462

Coordinateur de la thématique : P Medurio

Secrétaire de séance : JL Rossi

Assistance : 62 personnes

Déroulement de la conférence

  1. Introduction : JL Rossi et P Poggioli
  2. Présentation : R Micheli (durée : 1 h)
  3. Parole à la salle :
    • Explication du principe du bâton de parole et gestion des interventions de la salle : P Poggioli
  4. Conclusion : P Poggioli

&&&

IMG_2451

Échanges

Remarques :

  • Les noms reportés sont ceux donnés par les différents intervenants lorsque ces derniers ont bien voulu indiquer leur identité.
  • Le format de cette réunion est différent des réunions organisées jusqu’à présent : CONFÉRENCE/DÉBAT.
  • La parole à la salle peut donc permettre aux gens présents de poser des questions.

F Agostini

  • Conférence intéressante car met en avant des observations pertinentes.
  • Importance de traiter le sujet par le prisme de la démographie.
  • En tant que médecin : une réflexion doit être menée sur la santé.
  • Malheureusement, le constat est que sur le cas particulier de la santé ; les professionnels sont exclus du processus décisionnel.
  • La Corse devient un territoire où il y a une exclusion de la santé !
  • La population est vieillissante.
  • Cela paraît pertinent de mener la réflexion « Pieve» par « Pieve ».
  • Il faut absolument ramener les soignants au cœur de la dynamique.
  • Pour le cas plus général, la vision verticale (Corse/Marseille) est érronée.
  • Il faut regarder ailleurs.

R Micheli

  • L’une des réponses à ce type de dysfonctionnements est la territorialisation des politiques publiques.
  • Nous sommes tous partie prenante d’un monde où la zone euro est riche. Elle peut donc imposer les règles !

FX Acquaviva

  • Il faudrait mettre en place une commission pour les marchés publics avec interdiction stricte des avenants.
  • L’impression que l’on a est que dans le flux migratoire que nous accueillons, il y a une grande proportion de familles avec des jeunes qui viennent de l’extérieur.

R Micheli

  • L’idée d’une commission est pertinente. Néanmoins, même avec le système actuel, la notion de « mieux disant » par rapport au « moins disant » devrait être la règle.
  • Les statistiques fournies ne permettent pas de confirmer ou infirmer cette impression.

Intervenant X

  • Les chiffres sur le vieillissement de notre population et ceux de l’apport extérieur de jeunes individus ne montrent-ils pas que nous sommes face au danger de la perte de notre âme ?

R Micheli

  • Vincent Gambini a publié une contribution sur notre blog qui amène des réponses et qui traite de la conscience insulaire.

V Gambini

  • Ressenti d’un habitant de Porto Vecchio.
  • Avant de demander aux autres de s’approprier notre identité et notre culture, cette réappropriation doit se faire par les corses eux-mêmes !
  • Nous avons cette exigence d’intégration pour les gens qui viennent de l’extérieur de l’île alors que nous nous perdons dans les travers de l’individualisme et du consumérisme.
  • En premier lieu, nos valeurs se perdent pas notre faute.
  • Nous devons être exemplaires !

M. Casalta

  • L’exposé est intéressant.
  • Remarque sur l’importance que le support numérique utilisé soit au niveau du contenu.
  • La Corse manque de conscience et de confiance.
  • Les histogrammes et les courbes permettent de voir les atouts et de ne pas attendre toujours tout des autres.
  • Arguments de poids pour appuyer un changement des institutions.

R Micheli

  • Référence et analogie avec certains passages de la Bible dont le « lève-toi et marche ! » de Jésus.

J Paolini

  • Quelle voie pourrions-nous trouver pour ce Pays ?
  • Comment faire naître un nouvel homme sur cette terre : « l’entreprenant ».
  • Il faut rapidement être exemplaire.

R Micheli

  • La voie démocratique est la seule voie possible.
  • Il faut que tout le monde redescende sur Terre et se mette réellement à travailler.
  • Il faut trouver ou créer des espaces où l’on puisse travailler pour le bien commun.

P Bruno

  • Les hommes politiques ont peur des citoyens.
  • Merci au maire de Lumio pour son accueil.
  • Il ne faut pas avoir peur de l’autre.
  • Je suis un étranger pour vous.
  • Nous devons donner l’exemple.

E Suzzoni

  • Cette conférence a été un plaisir pour moi.
  • On se sent grandi.
  • Nous avons appris des choses…
  • Le seul désaccord porte sur la mise à l’index par le conférencier de nos ronds-points !

M Simeoni

  • Les points positifs :
    • Réunion qui permet un discours apaisé.
    • Analyse lucide.
    • Permet de relever centaines contradictions.
    • Propositions de voies raisonnables.
  • Les points négatifs :
    • Ce type de cercle a déjà existé avec les mêmes objectifs et constats : priorité au social, précarité qui ne va faire que s’aggraver…
    • Le problème institutionnel est encore plus important que l’on veut bien l’entendre !
    • Les corses doivent être encore plus responsables de leur destin.
    • On perd du temps !
    • L’inertie se retrouve à tous les niveaux et le temps travaille contre nous.
    • Il faut expliquer les concepts, faire preuve de pédagogie : L’autonomie complète ne veut pas dire se séparer de l’État français !
    • Si on joue le jeu des institutions, nous sommes bridés.

P Poggioli (conclusion)

  • Comment trouver des « entreprenants » ?
  • La solution qui est avancée : l’inscription de la Corse dans la Constitution.
  • Il y a une mutation de notre société : passage d’une société rurale à une société urbaine.
  • Cette mutation jette un trouble dans notre rapport avec notre identité.
  • Identité éclatée qui mérite une réflexion approfondie et qui impose de savoir d’où l’on vient.

&&&

Présentation d’I SCRITTI N°2

17687069_cover

IMG_2463

IMG_2448

Publicités